Connaître et partager les données

Mieux connaître l’état des eaux et le fonctionnement des milieux aquatiques est une condition pour intervenir de façon appropriée et évaluer l’efficacité des opérations menées. L’agence de l'eau Loire-Bretagne y consacre près de 14 millions d’euros en 2018. Des données et des informations à partager avec les acteurs de l’eau et tous ceux que la gestion de l’eau intéresse.

Montant des aides pour suivre la qualité des eaux en 2018

Répartition des montants d'aides attribués pour suivre la qualité des eaux
Agrandir l'image

Le graphe présente le montant consacré par l'agence de l'eau Loire-Bretagne pour suivre la qualité des eaux en 2018. 13,79 millions d'euros (M€)  pour suivre la qualité des eaux répartis ainsi :

  • 4,48 M€ d'aides pour les réseaux en maîtrise d'ouvrage
  • 8, 7 M€ pour des prestations externes  pour les réseaux à maîtrise d'ouvrage agence
  • 0.61 M€ pour des études

Des réseaux de mesure pour suivre la qualité des eaux

L'agence de l'eau Loire-Bretagne finance des campagnes de surveillance de la qualité des eaux souterraines, des cours d'eau et des plans d'eau. Elle assure la maîtrise d'ouvrage de plus de 1 400 stations de mesures et apporte une aide financière pour des réseaux de mesures dont la maîtrise d'ouvrage est assurée par :

  • des Sage, des contrats territoriaux,
  • des réseaux locaux, départementaux ou régionaux thématiques,
  • l'Ifremer et d'autres structures expertes pour les eaux littorales.

Les résultats des prélèvements et des analyses biologiques et physico-chimiques de l'eau sont versés, après avoir été contrôlés, dans des banques de données :

  • la banque de bassin OSUR récolte les données sur les cours d'eau et les plans d'eau. 35 millions de résultats de mesures ont été collectés de 1971 à 2018,
  • ces données sont mises à disposition sur le portail national Naïades,
  • la banque nationale ADES pour les eaux souterraines,
  • la banque Quadrige pour les eaux saumâtres

Ces banques facilitent le partage et la valorisation des données sur l'eau.

Jacky Durocher

Photo de Jacky Durocher

© Jean-Louis Aubert

«Pour consolider la connaissance de l'état chimique des rivières et des plans l'eau, l’agence de l’eau Loire-Bretagne lance, en 2019, la recherche, dans la chair de poissons, de substances toxiques peu détectables dans l'eau (dioxines, furanes…). Cette surveillance couvre les bassins Loire-Bretagne, Seine-Normandie, Rhin-Meuse et Rhône-Méditerranée-Corse. Les échantillons sont recueillis, lors de pêches scientifiques, par les services de l’agence française pour la biodiversité.

L'ensemble des résultats sera intégré dans la banque de données du bassin Loire-Bretagne. Ils seront ensuite versés dans Naïades, l'outil national pour permettre l'accès aux données des eaux superficielles (cours d'eau, plans d'eau). L'ensemble de nos interlocuteurs pourront ainsi les consulter et les télécharger."

Jacky Durocher, responsable de l'équipe "réseaux de mesures de la qualité des eaux continentales" de l'agence de l'eau Loire-Bretagne

Des données valorisées

Des cartes pour les professionnels

Depuis 2015, l’agence de l'eau Loire-Bretagne valorise les données sur l'eau  en réalisant des cartes sur Carmen (outil cartographique du Ministère de la transition écologique et solidaire). Les experts peuvent accéder à des jeux de données ouvertes en «web services ».

Une application mobile pour tous

Application Qualité des rivières

Image d'illustration
Agrandir l'image Application Qualité des rivières dans une nouvelle fenêtre

© Agences de l'eau et agence française pour la biodiversité

L’application mobile « Qualité rivières » permet à chacun de nous de connaître la qualité des cours d’eau en métropole à travers des indicateurs témoins : poissons, invertébrés, microalgues, polluants chimiques, acidité, oxygène…

Une carte interactive illustre le classement des cours d’eau selon le code couleur européen, du très bon état (en bleu) au mauvais état (en rouge). Elle indique aussi l’évolution sur les trois dernières années pour chaque station de suivi.     

Repères 2018 - Connaître et partager les données - 13,79 M€ d'aides

  • 35 millions de données intégrées dans la banque des données issues des réseaux de surveillance des cours d’eau et plans d’eau du bassin (OSUR) au 31 déc. 2018,
  • 825 stations du réseau de contrôle de surveillance de l’état des eaux dont :
    • 420 sur les cours d’eau,
    • 350 pour les eaux souterraines,
    • 14 pour les plans d’eau,
    • 25 sur les eaux côtières,
    • 16 pour les estuaires.
  • 4,48 millions d'euros d'aide à des maîtres d'ouvrage.

Partager cette page sur :