En Immersion !

Les agences de l’eau lancent une campagne de communication collégiale à destination des citoyens pour améliorer la culture générale sur l’eau et les informer en toute transparence sur les résultats obtenus dans le cadre de la politique de l’eau. Objectif : répondre aux 89% des Français qui souhaitent être plus informés sur les différents sujets liés à l’eau.

Le 12 décembre, les agences de l’eau lancent une campagne de communication à destination du grand public

89% des Français souhaitent être plus informés sur les différents sujets liés à l’eau. Ils sont nombreux à penser que la situation se dégrade en matière de qualité de l’eau des rivières et des lacs, de quantité des ressources en eau disponibles, de qualité des eaux de baignade*… Pourtant la réalité est contrastée. Sur certains sujets les résultats sont très positifs, alors que pour d’autres, on ne mesure pas d’amélioration malgré les actions engagées.

L’eau a quelque chose à vous dire - épisode 1

Vidéo - L’eau a quelque chose à vous dire - épisode 1

décembre 2018

En Immersion

Eaux usées – de nos tuyaux à nos cours d’eau

 

En pleine nuit, poussée par la chaleur étouffante de l’été, Léa entre à moitié endormie dans sa cuisine ouvre un placard, prend un très grand verre et le remplit d’eau du robinet. Elle en boit quelques gorgées et s’apprête à verser l’eau restante dans l’évier, c’est à dire la quasi totalité du verre. Grave erreur ! Une voix l’interpelle : “Non mais ça va pas la tête ? J’me casse les molécules à être clair comme de l’eau de roche et tu me jette comme une malpropre”

Léa : « désolé, c’est juste que je n’ai plus soif »

L’eau : « baba cool, c’est le but mais c’est pas la question »

Léa : « Ah ! »

L’eau : « La question c’est les eaux usées. T’imagines pas l’énergie qu’il faut pour les assainir »

Léa : « Ah ! J’me rend pas compte…Je suis bien en train de parler à mon verre d’eau ?»

L’eau  : « Tout à fait ! Enchanté…je t’explique ? Tu vois là c’est moi…la fluidité incarnée. Au départ, quand j’arrive chez toi, je suis propre mais ça c’est avant de rencontrer tous les polluants et macropolluants du quartier. Après une machine à laver, une chasse d’eau, une grosse pluie, une petite soif ou un grand verre d’eau, si tu vois ce que je veux dire, 

Léa : « Oui »

L’eau  : « Heureusement, il y a les STEP, Station d’épuration. C’est un peu comme nos SPA quand on est fatigué on en ressort en pleine forme. Une vraie cure de jouvance.

(-11 % de nitrates, -46 % de matières organiques, -50 % d’orthophosphates, -73 % d’Ammonium dans nos cours d’eau depuis 20 ans). Honnêtement, au niveau des prestations c’est de mieux en mieux. Et contrairement à ce qui ce dit…à chaque fois je retrouve mon éclat naturel.

Léa : « ça, il n’y a pas de doute, on ne peut plus se passer de toi ! »

L’eau  : « Tu sais Léa, il n’y a pas d’amour, il n’y a que des preuves d’amour »

Léa : « des preuves ? »

L’eau  : « Parfaitement, plein de petites attentions comme éviter de me jeter comme une vulgaire eau sale quand ce n’est pas le cas ; ou utiliser les produits ménagers fabriqués à partir de composants naturels ; mais surtout en s’interdisant de vider des produits toxiques dans les canalisations »

Léa : « Promis, je ferai attention »

L’eau  : « J’en suis sûr !

Léa va comprendre pourquoi jeter de l’eau parfaitement potable comme une vulgaire eau usée n’est pas une bonne idée. Traiter la pollution domestique, notamment les macropolluants, est un défi de tous les jours, et Léa peut y prendre sa part. C’est ce qu’elle va apprendre grâce à cette rencontre… les stations d’épuration pour assainir l’eau et tout le travail de dépollution des eaux domestiques n’auront plus de secret pour elle ! Si Léa ne s’en rend pas encore compte, son quotidien va être bouleversé par cette drôle de rencontre…

La suite au prochain épisode !

L’eau a quelque chose à vous dire…

Face à cette demande et à cette réalité, les 6 agences de l’eau et le Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire se mobilisent au travers d’une campagne nationale déployée sur 2 ans, “En immersion”, pour apporter aux citoyens une information transparente et accessible. Il s’agit non seulement de communiquer sur les actions menées, ce qui est relativement classique, mais surtout de mettre en lumière les résultats obtenus et constatés sur la qualité de l’eau et des milieux naturels.
Pour alimenter les contenus de cette campagne, les agences de l’eau consolideront des données pour illustrer les grands enjeux de la politique de l’eau. Il s’agit aussi d’améliorer la culture générale sur l’eau au sein de la population dans la mesure où tout un chacun contribue à cette politique par la facture d’eau.
Pensée comme une véritable (en)quête, cette campagne est aussi une manière de mettre en lumière l’engagement quotidien de milliers de personnes (personnels des agences de l’eau, porteurs de projets locaux, collectivités, industriels, agriculteurs, associations, pêcheurs…) au service de l’intérêt général.

Une campagne sur 2 ans à l’heure du buzz et de l’immédiateté

L’eau est à la fois omniprésente et discrète, dans notre cadre de vie comme dans nos organismes. En zone urbaine, les cours d’eau comme les réseaux sont busés, enterrés, cachés. Ce qui différencie une rivière en bon état d’une autre dégradée n’est pas nécessairement visible à l’œil nu, et ces sujets sont assez techniques. Pour rendre accessible et révéler ce qui n’est pas perçu, la campagne prend le temps d’expliquer et d’échanger avec les citoyens, sujet après sujet. A l’heure de l’immédiateté, les Agences de l’eau ont fait le choix du “slow content” (production de contenu raisonnée, utile, durable). Cette campagne s’appuie sur deux piliers : une web série et du contenu plus informatif calibré pour le web.

Pendant 2 ans, mois après mois, nous partons grâce à Léa et Max, protagonistes de la série, à la découverte de nombreux sujets : eaux domestiques, changement climatique, protection des zones humides, solidarité internationale dans le domaine de l’eau… A travers ce récit, mêlant les genres (fiction, contenus journalistiques…), chaque citoyen peut découvrir ce qui est en train de se passer concrètement dans son cadre de vie. Il y a des progrès mais rien n’est gagné ; il reste beaucoup de défis à mener et de projets à porter au service de l’intérêt général.

* Baromètre de l’opinion 2018 – Préserver les ressources en eau et les milieux aquatiques : qu’en pensent les Français ? Ifop pour les agences de l’eau, l’Agence française pour la biodiversité et le Ministère de la Transition écologique et solidaire.

Partager cette page sur :