L'agence de l'eau aux Automnales 2018 de l'Astee

Les 16 et 17 octobre à Orléans, l’agence de l’eau a participé aux Automnales 2018 de l’Astee « Eau, déchet, biodiversité : faire évoluer et dialoguer nos métiers ». Ce séminaire rassemblait les professionnels des services publics locaux de l’environnement autour des enjeux de préservation de la biodiversité dans les territoires et pour les métiers de l’eau et des déchets.

L’ouverture de ce séminaire a eu lieu en présence de Stéphanie Anton adjointe au maire d'Orléans en charge du développement durable et du risque inondation, et Présidente de la commission inondations plan Loire, Martin Gutton, Directeur général de l’agence de l’eau Loire-Bretagne, et François Bordeau, Président de l’Astee Centre Val de Loire.

3 ateliers mis en place ont fait de ce séminaire un évènement participatif. 3 grandes thématiques : Quelle évolution des métiers et de la gouvernance de l’eau et des déchets pour la prise en compte de la biodiversité ? Comment mesurer la plus-value des actions en faveur de la biodiversité ? La prise en compte de la biodiversité implique-t-elle des politiques foncières spécifiques?

L’agence de l’eau est intervenue sur les leviers à la disposition des services d’eau et des déchets pour financer la biodiversité, dans l’atelier sur le financement de la biodiversité.

L’agence de l’eau agit pour la biodiversité

L’agence de l’eau intervient depuis plusieurs années déjà dans le domaine de la biodiversité liée aux milieux aquatiques :

  • Soit directement par :

- une politique de restauration des milieux aquatiques et humides, notamment au sein de contrats territoriaux qui favorisent des approches intégrées

- un accompagnement des programmes nationaux d’actions pour les espèces menacées
- un accompagnement des plans de gestion des poissons migrateurs.

Ces aides représenteront de l’ordre de 275 millions d’euros pour le 10e programme 2013-2018.

  • Soit indirectement en réduisant les pressions polluantes avec la lutte contre les pollutions ponctuelles ou diffuses.

La loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages d’août 2016 prévoit que les agences peuvent « contribuer à la connaissance, à la protection et à la préservation de la biodiversité terrestre et marine ainsi que du milieu marin ».

L’agence de l’eau Loire-Bretagne a ainsi lancé deux appels à initiatives pour la biodiversité en 2016 et 2017 avec une enveloppe respective de 3 millions d’euros. Une centaine de projets ont été financés  pour explorer ce champ de compétence tout en restant proche duon domaine d’interventions actuel et préparer le 11e programme qui démarre le 1er janvier 2019.

La biodiversité, un objectif réaffirmé et plus lisible dans le 11e programme 2019-2024

Le 11e programme conforte l’opportunité d’intervenir sur la biodiversité liée aux milieux aquatiques et humides en lien avec l’objectif prioritaire d’atteinte du bon état écologique des eaux, mais également par voie d’appels à projets sur le milieu marin.  Le contrat territorial, avec son approche intégrée, reste le point d’entrée principal pour ces actions.. L’agence de l’eau intervient également toujours sur les plans nationaux d’action et les poissons migrateurs.

Le Plan biodiversité lancé cet été par le gouvernement prévoit également que les agences de l’eau consacrent 150 millions d’euros d’ici 2021 à la mise en place expérimentale de paiements pour services environnementaux, intégrant donc les enjeux Eau et Biodiversité.

Les principes et modalités d’interventions restent donc globalement dans la continuité du 10e programme et le 11e programme plus contraint financièrement prévoit une dotation globale de 295 millions d’euros pour la politique « milieux aquatiques ».Il s’agit d’une des lignes d’intervention les plus préservées pour répondre à un des enjeux prioritaires du programme et tenir compte de la contribution à la lutte contre l’érosion de la biodiversité.

Partager cette page sur :