Un programme d'actions ambitieux pour la Morge, le Buron et la Merlaude

Le 5 octobre 2021, la communauté d'agglomération Riom Limagne et Volcans et l'agence de l'eau Loire-Bretagne signeront, à Mozac dans le Puy-de-Dôme, un premier contrat territorial pour améliorer l'état écologique de la Morge, du Buron, de la Merlaude et de leurs affluents. Une première pour ces rivières dont la qualité est fortement impacté par l'activité humaine.

Quatre collectivités s'engagent pour la qualité de l'eau

La gestion des milieux aquatiques est un fort enjeu dans le bassin versant des rivières Morge-Buron-Merlaude, toutes affluents de l'Allier. Les deux tiers des cours d'eau ou plans d'eau sont en mauvais état. Des linéaires conséquents de rivières ont été artificialisés et on compte de nombreux obstacles à l'écoulement.

Photo d'illustration
Agrandir l'image dans une nouvelle fenêtre

La Morge à Maringues

© Emilie BONNET - RLV

C'est pourquoi les quatres collectivités, compétentes pour gérer sur ce territoire les milieux aquatiques et prévenir les inondations, se sont associées pour élaborer une stratégie globale pour améliorer la qualité des cours d'eau. Elle est déclinée dans un premier programme d'actions ambitieux, le contrat territorial, un outil de l'agence de l'eau Loire-Bretagne qui facilite la convergence des actions et permet de mobiliser des financements importants.

Ce contrat, préparé par la communauté d'agglomération « Riom Limagne et Volcans » et l'agence de l'eau Loire-Bretagne, est co-signé par les trois autres intercommunalités : les communautés de communes Plaine Limaille et Combrailles Sioule et Morge, Vichy Communauté et le Conseil départemental du Puy-de-Dôme.

En route vers des rivières plus vivantes

L'objectif des signataires est d'améliorer l'état écologique des cours d'eau et de rétablir la continuité écologique. Il s'agit de :

  • laisser circuler librement les organismes vivants comme les poissons et de favoriser leur accès aux zones indispensables à leur reproduction, leur croissance, leur alimentation et leur abri
  • permettre le bon déroulement du transport naturel des sédiments.
Image d'illustration
Agrandir l'image dans une nouvelle fenêtre

Coursac à Saint Priest -Bramefant

© Emilie BONNET - RLV

Les actions prévues pour les trois prochaines années permettront également d'améliorer la qualité de l'eau. Parmi elles :

  • la restauration de la ripisylve (végétation bordant les cours d'eau) en complément de l'entretien régulier assuré par les propriétaires
  • la renaturation de tronçons artrificalisés - le Bédat à  Chappes et Entraigues, la Morge à Maringues...
  • la découverte de l'Ambène à Riom
  •  le rétablissement de la continuité écologique sur la Morge (étude d'aide à la décision)
  • la réduction de la pollution diffuse par les pesticides.

Le coût prévisionnel des actions est évalué au total à 2 613 700 euros. Il  sera pris en charge à 48 % par l’agence de l’eau Loire-Bretagne, à 10 % par le Conseil départemental du Puy-de-Dôme et à 42 % par les collectivités portant les actions, notamment par la taxe GEMAPI (gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations).

Le suivi des milieux aquatiques et le bilan réalisé au terme du contrat permettront de vérifier si les résultats sont au rendez-vous ou, si nécessaire, de réorienter l’action.

Zoom sur une action : la renaturation du ruisseau du Bédat

Image d'illustration

Le Bédat dans la traversée de Chappes

© Grégory MARCAGGI - IRH

Le ruisseau du Bédat, dans la traversée de Chappes, est rectiligne et bétonné.

Les travaux prévus en 2022-203 permettront de lui redonner sur un km un caractère plus naturel avec des écoulements diversifiés pour favoriser le développement de la flore et de la faune.

Les objectifs sont à la fois environnementaux et sociaux car ils permettront aux riverains de se réapproprier les cours d'eau. Ils permettront aussi de sécuriser les murs de soutènements existants.

Morge, Buron et Merlaude

  • 854 km2 de bassin versant
  • 518 km de cours d'eau
  • 15 cours d'eau et un plan d'eau
  • 73 communes appartenant à 4 établissements de coopération intercommunale

Partager cette page sur :