La biodiversité à l'agence de l'eau Loire-Bretagne et au sein du comité de bassin

Le comité de bassin Loire-Bretagne s’est réuni le 6 avril en séance plénière. Un enjeu, échanger sur la future stratégie nationale pour la biodiversité.

Thierry Burlot président du comité de bassin salue un comité de bassin au complet : « les 190 membres sont à présent nommés ».

L’agence de l’eau accompagne depuis longtemps la biodiversité

Le 11e programme de l’agence de l’eau Loire-Bretagne prévoit spécifiquement des actions de restauration des milieux aquatiques notamment dans le cadre de sa politique territoriale. Les études et travaux de restauration des habitats et des frayères ou encore le soutien au repeuplement en sont des exemples.

De nombreuses autres actions financées dans le programme bénéficient à la biodiversité. C’est le cas par exemple :

  • des travaux de restauration des cours d’eau, des milieux humides, des zones estuariennes et rétro-littorales,
  • des travaux sur les ouvrages sur cours d’eau (continuité écologique),
  • des actions atténuant les effets des pollutions diffuses et du changement climatique comme, par exemple la gestion intégrée des eaux pluviales.

Les aides en faveur de la biodiversité

De 2013 à 2018, au cours du 10e programme de l’agence, 15,8 millions d’euros ont été consacrés au financement d’actions en faveur de la préservation de la biodiversité. Ce montant se décompose ainsi :

  • 5,9 millions pour le lancement d’appels à initiatives biodiversité en 2017 et 2018 ;
  • 4 millions d’euros pour financer les actions en faveur des plans nationaux d’action (PNA) en faveur des espèces menacées ;
  • 5,9 millions d’euros pour les poissons migrateurs ;

Sur les deux premières années du 11e programme (2019-2024), le montant d’aides total est de 4,4 millions d’euros pour la biodiversité. Ce montant se décompose ainsi :

  • 1,5 million d’euros pour les poissons migrateurs ;
  • 1 million d’euros pour les appels à projets plans nationaux d’actions (PNA) en faveur des espèces menacées qui se concentrent sur les espèces inféodées aux milieux aquatiques ;
  • 1,9 million d’euros pour un appel à initiatives milieux marins.

Le comité de bassin contribue à l’élaboration de la 3e stratégie nationale de la biodiversité

Image d'illustration

Les travaux d’élaboration de la 3e stratégie nationale de la biodiversité (SNB) 2021-2030 sont engagés. Le Gouvernement veut, à travers cette stratégie, « concrétiser l’engagement français au titre de la Convention sur la diversité biologique ». À ce titre, le comité de bassin Loire-Bretagne, ainsi que d’autres acteurs du bassin, sont sollicités pour contribuer à l’enrichissement de la stratégie nationale par des propositions « pragmatiques proches du terrain ».

Les échanges ont porté sur les propositions issues de la commission relative aux milieux naturels et de la commission Littoral du comité de bassin. Ces dernières ont conduit leurs travaux au sein de trois ateliers organisés autour des milieux humides, des cours d’eau, du littoral et du milieu marin.

14 propositions pour la stratégie nationale

Face à l’urgence d’agir en faveur de la biodiversité, la contribution de ces ateliers s’est concentrée sur quatorze propositions pour la stratégie nationale de la biodiversité. Jean-Paul Doron, président de la commission relative aux milieux naturels en fait la présentation lors du comité de bassin du 6 avril 2021.

Parmi ces propositions :

  • assurer une meilleure cohérence des politiques publiques en faveur de la biodiversité (aménagement, eau, urbanisme, agricole, maritime …) ;
  • former les élus des collectivités territoriales pour mobiliser efficacement les compétences en matière de biodiversité ;
  • concilier les différents usages dans le respect des milieux et de la biodiversité associée ;
  • avec l’ensemble des acteurs sur le territoire, poursuivre la mise en œuvre d'une politique dynamique de réduction des pressions à l’échelle des bassins versants ;
  • agir pour la protection des têtes de bassins versants ;
  • articuler les enjeux de restauration de la biodiversité et d'adaptation au changement climatique ;
  • ou encore, améliorer la mobilisation de la séquence « éviter, restaurer, compenser » ;

Les échanges qui ont suivi cette présentation, ont mis en avant une demande forte : mettre l’ensemble des acteurs autour de la table.

Le texte de ces propositions est transmis aux membres des instances pour consolidation et une diffusion sera faite fin avril par le président du comité de bassin au ministère de la Transition écologique. 

Dans le reste de l’actualité du comité de bassin

La consultation sur l’eau est lancée

Image d'illustration

La consultation sur l’eau est engagée ! Du 1er mars au 1er septembre, le public (habitants et acteurs) est consulté sur l'eau, les inondations et le milieu marin. Le comité de bassin est le lieu de partage de l’avancement de cette consultation sur le territoire.

Marie-Hélène Aubert, présidente de la commission Communication et action internationale, souligne que « la consultation du public est également une occasion de sensibiliser sur les enjeux de l’eau ».

Eric Taufflieb, président de la commission Planification en charge du projet de Sdage, rappelle que « chacun est invité à relayer cette consultation et à y participer ».

L’agence de l’eau mobilise l’ensemble de ses partenaires et de ses acteurs relais pour diffuser, sensibiliser, accompagner le public. Un webinaire dédié aux acteurs relais s’est tenu le 5 février 2021.

Par ailleurs, les instances du comité de bassin participent, expliquent le projet de Sdage et incitent à l’expression des acteurs : 2 réunions des présidents de commissions locales de l’eau (en décembre 2020 et en mars 2021), 5 forums de l’eau réunissant environ 500 acteurs et 5 commissions territoriales ont eu lieu sur le territoire du bassin Loire-Bretagne.

« Je suis très fier des moyens déployés par les instances du comité de bassin et de l’agence de l’eau pour mobiliser lors de la consultation du public. »

Thierry Burlot, président du comité de bassin Loire-Bretagne

Partager cette page sur :