Interviews des présidents du comité de bassin

La parole est données au président du comité de bassin ainsi qu'aux présidents des commissions.

Comité de bassin

Thierry Burlot, président du comité de bassin jusqu'au 1er juillet 2021

Vidéo - Thierry Burlot, président du comité de bassin jusqu'au 1er juillet 2021

février 2021

© Agence de l'eau Loire-Bretagne

L’élection du comité de bassin a eu lieu ce matin (le 4 février 2021) à Orléans et j'ai eu le plaisir d'être reconduit dans mes fonctions de président de ce Parlement de l'eau pour Loire-Bretagne.

Et je voudrais...

  • Très sincèrement remercier tous mes collègues pour la confiance accordée. Mes premiers mots sont pour le préfet Pierre Pouëssel qui a beaucoup contribué au soutien du comité de bassin.
  • Dire à tous mes anciens collègues, merci de leur contribution dans les travaux du Sdage, aux nouveaux collègues évidemment la bienvenue.

Les enjeux auxquels nous devons faire face sont considérables. On connaît aujourd'hui les questions du réchauffement climatique. On connaît aujourd'hui l'état des masses d'eau en Bretagne.

Le travail est considérable et il va donc falloir concilier, réconcilier les acteurs autour de ce sujet. Et, il faut que «  agriculteurs, industriels, associations de protection de l'environnement,  élus locaux » soient capables de construire un débat serein, apaisé, pour une vraie ambition autour de ce bien commun qu'est l'eau. C'est l'objet de ce Parlement.

Vous savez, on a chacun nos différences, chacun nos appréciations. L'essentiel, c'est de sortir par le haut de cette situation et de faire en sorte que l'eau, qui est un élément vital, un élément essentiel à la vie mais aussi à l'aménagement de nos territoires, au développement économique dans le territoire...que l'eau soit un symbole finalement de la reconquête des transitions.

Et, au moment où on parle beaucoup de transition environnementale, d'Accord de Paris et de la nécessité de faire autrement, l'eau peut être finalement un très bon thermomètre de notre développement, et moi, je souhaite qu'on soit tous conscients que sans eau on n'y arrivera pas.

Et je veux aussi dire qu'on a besoin de tout le monde ! Ce n'est pas les uns contre les autres, mais les uns avec les autres. C'est ensemble qu'on va "territorialiser" l'action publique dans les territoires à travers les outils de planification que sont les Sage et j'en appelle à la responsabilité de chacun, à la mobilisation de chacun. Je suis certain qu'ensemble, nous allons réussir.

 

James Gandrieau, Président de la commission Inondations - Plan Loire du comité de bassin Loire-Bretagne

Vidéo - James Gandrieau, Président de la commission Inondations - Plan Loire du comité de bassin Loire-Bretagne

mai 2021

© Agence del'eau Loire-Bretagne

James Gandrieau, président de la commission Inondations - Plan Loire du comité de bassin Loire-Bretagne

[Musique]

" Mon nom est James Gandrieau, 65 ans, marié, retraité de l'agriculture. Je suis maire de Sainte-Pexine, petite commune vendéenne depuis 2008, je suis vice-président de la Communauté de communes Sud-Vendée-Littoral qui a 59 000 habitants, 60 000 habitants. Vice-président de Vendée-eau qui s'occupe donc de toute l'eau potable en Vendée. Président de la commission locale de l'eau du Sage du Lay, qui est un petit fleuve côtier vendéen, et je suis Vice-président du syndicat mixte du bassin du Lay qui porte le Sage et puis qui met en œuvre les actions sur ce bassin.
Et puis, je suis depuis 12 années au comité de bassin et à la commission Plan Loire. Je suis Vice-président sortant et depuis 12 ans toujours aussi assidu. Je succède à Stéphanie Anton. Je suis reconnu depuis à peu près 20 ans comme un expert de terrain. Au niveau des inondations en Vendée, j’ai suivi depuis 20 ans toutes les inondations sur 24 heures à 36 heures de rang sur le bassin du Lay. Donc je suis en relation avec la préfecture pour les alertes, j'aime beaucoup ce volet inondations.
Je suis aussi un voisin proche de la baie d'aiguillon et de la commune de la Faute-sur-Mer, qui nous a marqué terriblement suite à Xynthia. Je suis très marqué au niveau des submersions marines, donc très proche de ces dossiers-là. J'ai une expérience auprès de mes prédécesseurs puisque je suis là depuis 12 ans, à la commission Plan Loire en tant que Vice-président ; je n'ai manqué aucune commission. Et puis j'aime particulièrement la sérénité de cette commission au sein de laquelle on a de très forts enjeux, mais il y a un respect de la parole de chacun.
Le plan de gestion des risques inondation, que l'on a initié depuis de 2 mandats (c'est la deuxième que l'on met en place) je pense qu’il est mal connu. Donc c'est une des missions importantes de faire connaître le plan de gestion des risques d'inondation auprès du public, auprès des collectivités et auprès des administrations. Deuxième chose, je ne suis pas riverain de la Loire mais le Plan Loire est important avec son volet inondation et je souhaite apporter l'œil extérieur, avec des relations à renouer sur le territoire et le mettre en avant.
Troisième point, je pense qu'il faut continuer dans cette commission à mettre en place les programmes d'action et de prévention des inondations, les fameux PAPI. Sur le volet protection, bien sûr, avec tous les travaux, les financements qui sont un vrai problème, mais surtout peut être l’axer désormais sur la prévention qui est a développé.
Dernier point, je pense que tout ça se fera avec l'adaptation au changement climatique.
Je fais appel pour qu'il y ait une véritable présence de l'ensemble des élus et des participants à cette commission."

[Musique]

Eric Taufflieb, Président de la commission planification du comité de bassin Loire-Bretagne

Vidéo - Eric Taufflieb, Président de la commission planification du comité de bassin Loire-Bretagne

mai 2021

© Agence de l'eau Loire-Bretagne

Eric Taufflieb, Président de la commission planification du comité de bassin Loire-Bretagne

[Musique]

" Eric Taufflieb ; depuis 2008, je siège au comité de bassin. J'y viens par le petit bout de l'ensemble du territoire, puisque je viens du côté de la Bourgogne, donc celui qui est finalement le moins représentatif de l'ensemble du territoire. Je préside la commission planification et je m'y suis présenté parce que j'en étais déjà le président dans le mandat précédent, et surtout parce que je pense que c'est la commission qui a, d'une certaine manière, le travail qui cimente le plus le travail du comité de bassin. C'est celle qui, on le sait aujourd'hui, a le plus gros travail sur le fameux schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux (Sdage) que nous sommes en train d'élaborer, sur lequel nous avons fait déjà la première étape de travail, et nous entamons la deuxième.
Il y avait naturellement, candidature de continuité, entre le mandat qui vient de s'arrêter et le nouveau qui vient de démarrer pour poursuivre ce travail d'élaboration de ce grand projet qui est ce schéma pour l'ensemble du territoire.
C'est clairement un rôle d'animation de la commission. C'est un rôle d'élaboration des échanges. Je parle à dessein du mot élaboration. C'est d'essayer de faire en sorte que l'ensemble des groupes qui sont représentés au sein de la commission planification s'écoutent, échangent, débattent et trouvent, je n'aime pas le mot consensus mais, trouvent un chemin entre leurs différentes difficultés dans les usages de l'eau, et trouvent un chemin pour que ce texte soit demain approuvé par la majorité d'entre nous, et surtout porté par l'ensemble des acteurs du territoire. C'est ça mon rôle ! C'est d'essayer de faire en sorte qu’on s'écoute, on s'entende et on se comprenne.
Si j'ai un message à faire passer aux membres de ma commission, c'est que le travail collectif est plus important que l'intérêt personnel. Que si on veut réussir le travail sur ce projet de Sdage et sur le texte final, la défense, ce que je peux comprendre, d'intérêts particuliers ou professionnels, n'est pas l'enjeu. L'enjeu, c'est quand même l'intérêt collectif dans l'usage de l'eau, ce qu'on en fait et comment on conçoit demain une politique publique de l'eau encadrée, respectueuse de l'environnement. Voilà, je sais que tout le monde y met de la bonne volonté. Mon rôle c'est de donner du liant à tout ça. Et j'espère que les membres de la commission planification qui sont très nombreux et je m'en réjouis, ce qui prouve que le sujet attire les membres du comité de bassin. Je leur donnerai, ce n'est pas un conseil, mais cette directive que ensemble nous devons construire l'avenir des politiques publiques de l'eau sur ce territoire. "

[Musique]

Jean-Paul Doron, Président de la commission relative aux milieux naturels du comité de bassin Loire-Bretagne

Vidéo - Jean-Paul Doron, Président de la commission relative aux milieux naturels du comité de bassin Loire-Bretagne

mai 2021

© Agence de l'eau Loire-Bretagne

Jean-Paul Doron, Président de la commission relative aux milieux naturels du comité de bassin Loire-Bretagne

[Musique]

" Je m'appelle Jean-Paul Doron. Je suis membre du comité de bassin depuis 2007 et je suis président d'association de pêche et de protection aquatique à l'échelon du département de l'Orne en Normandie.
Il y a 3 éléments moteurs qui m'ont motivé à prendre la présidence de cette commission.

Tout d'abord, mon origine et mon engagement associatif, de fait, dans les milieux aquatiques, la biodiversité aquatique, les poissons. Et aussi le loisir tout simplement, le loisir pêche.

Le deuxième élément qui m’a motivé, c'est bien évidemment l'importance que doit ou que devrait avoir cette commission très transversale avec les questions liées à la gestion de l’eau dans le bassin. Et notamment pour tout ce qui a trait aux supports que sont les milieux aquatiques, la biodiversité aquatique, les zones humides, les plans d'eau et autres milieux associés.

Et enfin, le troisième élément, c'est effectivement l'ambition, que je souhaite, et que je veux porter au sein de cette commission pour l'avoir déjà présidé par le passé. Qu'elle soit vraiment une force de proposition mais aussi d'appropriation de l'ensemble des enjeux par les membres du comité de bassin. Et c'est bien évidemment le fait que cette commission doit pouvoir nourrir, enrichir et faciliter l'appropriation de tous les enjeux associés portés par les milieux, qui sont tout simplement la résultante des enjeux liés à la gestion de la ressource en eau dans le bassin.

Le premier travail aujourd'hui, c'est d'abord d'accueillir les nouveaux membres de cette commission. Le vrai sujet, c'est déjà d'assurer la transversalité avec l'ensemble des acteurs. Et puis, nourrir collectivement et enrichir les avis que cette commission doit porter, j'oserai dire sur les fonts baptismaux du comité de bassin. La commission relative aux milieux naturels est la résultante et elle porte tous les enjeux que portent les autres commissions.
Je cherche qu'on aille collectivement et ensemble rechercher la beauté qui peut exister dans les milieux aquatiques, la faire ressortir et faire émerger de cette beauté qui porte la gestion de la ressource en eau, la préservation de la biodiversité et la valoriser tout simplement. "

[Musique]

Partager cette page sur :