Diminuer les fuites d'eau sur les réseaux

Diviser un réseau d'eau potable en plusieurs secteurs, mettre en place des équipements de comptage et de télégestion permet un meilleur suivi des volumes d'eau et la localisation plus rapide des fuites sur le réseau. Des investissements rentables comme en témoigne les résultats d'une étude socio-économique sur trois territoires du département des Deux-Sèvres.

Des compteurs d'eau par secteur pour trouver les fuites

La pose de compteurs d'eau, par secteur du réseau de distribution d'eau potable, permet de faire des mesures locales de débits, et ainsi :

  • d'identifier le secteur du réseau où est localisée la fuite,
  • d'intervenir plus rapidement pour réparer les canalisations.

La sectorisation permet d'économiser l'eau en diminuant les volumes perdus sur le réseau d'eau potable. Elle réduit ainsi les prélèvements d'eau dans les milieux aquatiques. En plus de l'intérêt environnemental, l'intérêt économique est là avec des coûts de traitement de l'eau potable et d'acheminement réduits.

Fuites d'eau sur les réseaux : 19 % de l'eau potable produite repart au milieu naturel avant d'arriver au robinet dans le bassin Loire-Bretagne (estimation).

La réduction des pertes sur les réseaux d'eau potable est le premier enjeu d'économie d'eau du bassin Loire-Bretagne.

Des bénéfices intéressants à un coût supportable

La sectorisation des réseaux d'eau potable est bénéfique pour la collectivité au regard de son coût :

  • les coûts sont supportables avec des coûts net d'investissement faibles pour le matériel (chambres de comptage, compteurs, systèmes de télégestion, outils de pré-localisation) qui peuvent être réduits par une aide de l'agence de l'eau Loire-Bretagne, et avec des coûts de fonctionnement peu élevés des outils de télégestion
  • les bénéfices sont intéressants avec des coûts de traitement de l'eau et d'achat d'eau potable moindre pour les syndicats en raison de la baisse des volumes produits ou achetés, et avec en plus des dégâts des eaux et des demandes d'indemnisation minimisés.

Ce sont les principaux enseignements d'une analyse coûts-bénéfices réalisée sur trois collectivités des Deux-Sèvres : le syndicat du Val de Loire, le syndicat des eaux du Vivier et le syndicat pour l'étude et la réalisation des travaux d'amélioration de la desserte en eau potable du sud des Deux-Sèvres (SERTAD).

Partager cette page sur :

L'étude socio-économique et sa synthèse

La synthèse

Les bénéfices économiques de la mise en œuvre d'outils de sectorisation sur le réseau d'eau potable de trois territoires des Deux-Sèvres
décembre 2020
Cette synthèse présente les résultats d’une étude sur l’analyse des coûts-bénéfices de la sectorisation des réseaux d’eau potable pour trois syndicats d’eau potable des Deux-Sèvres, aux particularités...

L'étude

Étude sur les bénéfices économiques des compteurs de sectorisation sur trois territoires des Deux-Sèvres
décembre 2020
Ce rapport final vise à présenter l’impact de la mise en œuvre de la sectorisation des réseaux d’eau potable sur différents acteurs : les collectivités, les entreprises, les abonnés domestiques et l’environnement,...